Accueil du site > Les auteurs > Camille
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Camille
Camille, 421 articles (Rédacteur)

Rédacteur

nombre d'articles
421
note moyenne des lecteurs
nombre de commentaires
67
site internet
Déclaration de liens d'intérêt:
« Je déclare sur l’honneur que je n’entretiens pas de lien d’intérêt avec des entreprises exploitant des produits de santé ».
Qui suis-je?

Pour le plaisir de vous écrire, je prend ma plume et la plonge, une minute, une heure, une journée ou une vie. A l’ombre d’un arbre séculaire, dans les transports en commun ou sur une plage, l’écrit perfectionne nos dires et notre vie...

Derniers Articles

Interdire les cabinets UV ?

Suivant >>

Des associations françaises telles que « 60 millions de consommateurs », réclament depuis plusieurs années la fermeture des 40.000 cabines UV dispersées sur le territoire.

Selon la revue, les cabines de bronzage font courir des dangers aux utilisateurs d'autant plus que les professionnels du secteur « passent sous silence » les risques pour la santé. Cette situation décriée par cette association est le résultat d’une enquête de terrain menée par cinquante clientes mystère dans des centres de bronzage à Paris, Lyon, Marseille, Lille et Strasbourg.

Certaines de ses clientes mystères étaient considérées comme «  à risque  ». Elles étaient, soit enceintes de cinq mois minimum au moment des visites, soit avaient la peau ou les yeux clairs, ou des taches de rousseur, voire présentaient une sensibilité accrue aux UV. Dans plus de 80 % des cas, ces personnes ont pu accéder aux cabines UV sans recevoir de mise en garde. Ce taux descend à 50 % pour les femmes enceintes.

Parallèlement, l’association a remarqué que « 40 % des centres visités n’avaient pas d’affiche ou de document de prévention mettant en garde contre les risques » malgré  les obligations réglementaires.

Dans ce contexte, la revue réclame une solution radicale : « leur interdiction totale ».

Ce point de vue conforte les recommandations du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), dépendant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui a classé en 2009 les UV artificiels comme « cancérogènes ».

En effet, selon la Société française de dermatologie, l’utilisation d’UV artificiels n’induit «  aucun bénéfice pour la santé du sujet sain  » et «  son utilisation devrait être interdite, du moins extrêmement encadrée au regard du coût pour la collectivité ».

Enfin, selon l’Institut de veille sanitaire (InVS), quelque 350 cas de mélanome et 76 décès pourraient être attribués chaque année aux cabines de bronzage et dans la situation actuelle, entre 500 et 2.000 décès pourraient encore survenir au cours des 30 prochaines années.

SOURCES

  • 60 millions de consommateurs
A ne pas manquer
A ne pas manquer