Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Trop de sucre favorise le risque de cancer du sein
Trop de sucre favorise le risque de cancer du sein
note des lecteurs
date et réactions
13 janvier 2009 | 5 commentaires
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 600 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
600
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

Trop de sucre favorise le risque de cancer du sein

Trop de sucre favorise le risque de cancer du sein

Une alimentation trop riche en sucre favoriserait les risques de développer un cancer du sein d’après une récente étude publiée dans le Journal of the National Cancer Institute de décembre 2008.

JPEG - 3.3 ko
Le sucre favorise le risque de cancer du sein

Cette étude d’envergure, menée auprès de 93 000 femmes établit plus précisément un lien entre un taux d’insuline élevé, hormone sécrétée pour réguler le sucre dans le sang, et risque de cancer du sein.


D’après les scientifiques, cette découverte expliquerait pourquoi les femmes ménopausées atteintes d’obésité ont plus de risques d’avoir un cancer du sein. Les taux d’insuline et d’œstrogènes plus élevés favoriseraient en effet la maladie ( en tout cas pour les femmes dont l’IMC est supérieur à 30).

Pour le Dr Servan Schreiber responsable de cette étude, ceci confirme bien "le rôle majeur de l’alimentation trop sucrée dans la survenue de certains cancers."

Il est donc important « de communiquer auprès des patients déjà atteints d’un cancer sur l’importance d’adopter un régime alimentaire à index glycémique bas, pour réduire la sécrétion d’insuline et son influence néfaste sur la croissance des cellules cancéreuses."

En prévention, il faut donc manger équilibré et pourquoi pas adopter un régime de type méditerranéen. ? Ce régime à faible index glycémique aide à prévenir de nombreuses maladies, comme les maladies cardio-vasculaires et maladies inflammatoires. Une bonne résolution pour l’année 2009 ?

Source :

Journal of the National Cancer Institute, décembre 2008 ; Communiqué du Pr. David Servan-Schreiber, janvier 2009.

La rédaction CareVox
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
11 votes
par Dominique DUPAGNE (IP:xxx.xx4.244.74) le 14 janvier 2009 a 02H04
Dominique DUPAGNE (Visiteur)

Et une étude de plus reprise par la presse sans discernement.

Quand comprendra-t-on que le lien statistique ne veut pas dire causalité.

Les voitures rouges ont statistiquement plus d’accidents, sont-elles vraiment plus dangereuses à votre avis ?

Les hommes bruns sont plus petits que les blonds. Doit-on décolorer les cheveux des enfants pour les faire grandir ?

Parmi les femmes qui mangent trop de sucres, il y en a aussi beaucoup qui gèrent mal d’autres aspects de leur santé qui pourraient favoriser le cancer du sein.

Certes, manger trop de sucres n’est pas bon pour la santé, mais c’est vrai que c’est fatigant ces incessantes pseudo découvertes.

Dans le genre statistique sans intérêt : les femmes qui ont un taux très bas de cholestérol font plus de cancers en général. Alors, faut-il manger des rillettes pour se protéger du cancer ?

5 votes
par zygomar (IP:xxx.xx4.11.98) le 15 janvier 2009 a 15H14
zygomar (Visiteur)

C’est bien connu que les statistiques ne sont pas une science mais un art. L’art de faire dire aux chiffres ce que vous souhaitez qu’ils disent...

Cà me fait penser à cette histoire. En Alsace, un écologue faisait des statistiques chaque année sur l’arrivée et la présence des cigognes. Il avait remarqué que dès le printemps le nombre de nids de cigognes occupés augmentait pendant les premières semaines printanières.

De son côté, la DDASS faisait de statistiques sur le nombre mensuel des naissances sur une longue période. Ces statistiques montraient que le nombre de naissances augnmentait nettement pendant les mois de printemps.

Un énarque désoeuvré (pléonasme) est tombé par hasard sur ces statistiques qu’il superposa soigneusement comme on apprend à le faire pendant 3 années d’études intensives de haut niveau à l’ENA. Et il en arriva à la conclusion que c’était bien les cignognes qui apportaient les bébés en Alsace puisque les statistiques le démontraient...

3 votes
par Tanguy (IP:xxx.xx8.255.127) le 15 janvier 2009 a 11H14
Tanguy (Visiteur)

Beaucoup de choses "favorisent" les cancers, mais il en est aussi qui les "défavorisent". Pour plus d’information, tapez "Docteur Gernez" sur DailyMotion. Regardez et vous ne le regretterez pas !!!

4 votes
par Pascal GILBERT (IP:xxx.xx6.64.49) le 15 janvier 2009 a 22H39
Pascal GILBERT (Visiteur)

Avant d’écrire quelque chose, il serait bon que vous lisiez ce que vous citez.

"The observational study design does not establish a cause-and-effect association between the measured serum levels and breast cancer". Ce qui est tout le contraire de votre titre...

Cela éviterai de dire des chose infondées. :-(

5 votes
(IP:xxx.xx8.194.227) le 23 janvier 2009 a 19H38
 (Visiteur)

Il y a une quinzaine d’année un clinicien anglais s ‘amusa avec les statistiques et le bon sens Il prit une maladie relative à sa spécialité (le cancer de la prostate) et une activité la pêche la ligne en rivière Il trouva une forte corrélation entre le nombre de jours annuels de pêche à ligne et le cancer de la prostate. Il publia cela pour rire La pêche à la ligne favoriserait-elle le cancer de la prostate ? Évidemment des chercheurs non-cliniciens essayèrent de trouver une relation avec les amorces, la position, les cannes à pêche et … Évidemment quand on est la retraite, on va plus pêcher a la ligne comme le lien avec l’âge et cancer est plus fort CQFD