Accueil du site
> Dossiers > La dépression
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Luminothérapie : que faut-il en penser ?
Luminothérapie : que faut-il en penser ?
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
23 décembre 2008 | 9 commentaires
Auteur de l'article
Laurence Roux-Fouillet, 95 articles (Sophrologue)

Laurence Roux-Fouillet

Sophrologue
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
95
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Luminothérapie : que faut-il en penser ?

Luminothérapie : que faut-il en penser ?

Au coeur de l’hiver, il convient de s’interroger sur ce "besoin de lumière" qui nous précipitent vers les lampes de luminothérapie et autres simulateurs d’aube.

C'est au psychiatre Norman Rosenthal que l'on doit d'avoir établi le lien entre le manque de lumière et la dépression saisonnière (trouble affectif saisonnier - TAS) dans des travaux publiés en 1984.

Cette dépression "transitoire" se manifeste principalement entre octobre et février, de façon plus importante dans les pays nordiques ; elle associe état dépressif, fatigue persistante et tendance au retrait, à l'isolement social...

En effet, la lumière, perçue par nos yeux, influe sur nos rythmes circadiens (température, régulations hormonales, alternance jour/nuit...) qui sont calés sur environ 24H. Or, notre horloge biologique interne n'étant pas "exacte", elle tient compte de facteurs extérieurs, comme la présence de la lumière. En hiver, ou lorsque l'on est trop souvent à l'intérieur, cette perception est perturbée.


Les lampes de luminothérapie produisent une lumière artificielle blanche, à large spectre, imitant celle du soleil. Pour être efficaces, leur puissance doit se situer entre 2500 et 10 000 lux (variable aussi selon la distance à laquelle on se place). Une exposition quotidienne de 30 mn à cette lumière dope la sérotonine (hormone de la "bonne humeur") et recale la mélatonine (celle qui induit le sommeil).


La luminothérapie est également utilisée par les personnes ayant des troubles du sommeil, travaillant en horaires décalés, ou les voyageurs victimes du décalage horaire.


Il n'y a presque pas de contre-indications, puisque les rayons UV sont faibles ou filtrés, excepté pour les personnes ayant des maladies oculaires (cataracte, galucome, diabète) ou prenant des médicaments photosensibilisants.

Toutefois l'avis de votre médecin reste recommandé dès que votre humeur change !


Les simulateurs d'aube, quant à eux, "miment" le coucher du soleil à votre endormissement (faisant remonter la mélatonine) et imitent son lever à votre réveil (activant cette fois le cortisol). Renseignez-vous avant d'acquérir un appareil "sérieux" (dont le prix varie entre 150 et 500 €).

Le site de l'associaiton américaine de recherche en luminothérapie recense les fabricants affiliés à ses travaux : www.sltbr.org - rubrique "corporate members", dont vous pouvez ensuite rechercher les distributeurs en France sur internet.


Et n'oubliez pas qu'en hiver, marcher une heure dehors à l'heure du déjeuner reste un excellent moyen de recueillir la lumière (et de se dépenser !).


Lumineuses fêtes !

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
5 votes
par Bipote (IP:xxx.xx7.240.6) le 24 décembre 2008 a 07H01
Bipote (Visiteur)

Bonjour,

Les lampes de luminothérapie peuvent être utilisées par toute personne qui supporte la lumière du soleil. Il n’existe, en effet, aucun problème lié au rayonnement ultraviolet (UV) car ces lampes n’en émettent qu’une faible quantité, bien inférieure à la lumière du jour classique.

Toutefois par précaution, la consultation préalable du médecin traitant, d’un ophtalmologiste ou d’un psychiatre est néanmoins nécessaire dans les cas suivants : antécédents de grave maladie des yeux (cataracte, glaucome….), syndrome maniaco-dépressif (risque de virage de l’humeur), prises de médicaments augmentant la sensibilité des yeux à la lumière.

La première description de l’amélioration des symptômes de dépression à une exposition lumineuse intense date de 1984. Depuis, de nombreuses études ont été réalisées. Une première méta-analyse en 1989 montrait une amélioration de 67 % des patients avec une dépression légère et de 40 % avec une dépression modérée à sévère. L’amélioration optimale était obtenue avec une exposition à une lumière brillante de 2500 lux 2 heures par jour. Par la suite, l’exposition matinale a montré sa supériorité par rapport à l’exposition vespérale . Enfin, la dernière revue et méta-analyse montre que des expositions plus intenses mais plus brèves ont la même efficacité (10 000 lux pendant 1/2 heure par jour ou 6000 lux 1 heure 1/2 par jour) et surtout que l’efficacité est retrouvée non seulement dans les dépressions présentant des caractéristiques saisonnières mais également dans les dépressions non saisonnières.

Bonne journée !

9 votes
par Goldy (IP:xxx.xx3.68.48) le 24 décembre 2008 a 11H04
Goldy (Visiteur)

Rien que le fait d’utiliser le lux comme unité d’intensité lumineuse me semble déjà suspect. Le lux est l’unité d’éclairement et non d’intensité (on mesure en lux la quantité de lumière sur une surface). Cette mesure étant proportionnelle à la distance de la source lumineuse, utiliser les lux n’a aucun sens.

Pour information, 1 lux est égale à l’éclaire d’une bougie sur une surface situé à 1 mètre. Vous multipliez par 4 l’éclairement en divisant la distance par deux.

À moins qu’ils mesurent la quantité de lumière sur le dépolie de la lampe, dans ce cas là, ça n’a de sens que si vous regardez directement la lampe, à la limite... Si vous mesuriez la lumière d’une lampe à incandescence de la même façon, vous obtiendriez des valeurs encores plus importante. Bref, ça n’a pas vraiment de sens pour moi.

7 votes
par zygomar (IP:xxx.xx9.105.178) le 25 décembre 2008 a 16H50
zygomar (Visiteur)

"Rien que le fait d’utiliser le lux comme unité d’intensité lumineuse me semble déjà suspect ;.."

>> C’est le genre de chose qui arrive lorsque des incompétents se mêlent de pérorer sur des sujets qui les dépassent largement !! Le seul but de ce papier pompé quelque part et mal digéré était de se faire un peu de pub gratos.....

11 votes
(IP:xxx.xx8.145.188) le 24 décembre 2008 a 11H43
 (Visiteur)

Lorsque je vois machin truc thérapie ou thérapeute, je cours en sens inverse. Le pire c’est psychothérapeute. Toute personne qui se dit psychothérapeute est assurément un (e) escroc !

9 votes
par Lisa SION (IP:xxx.xx8.198.221) le 24 décembre 2008 a 13H22
Lisa SION (Visiteur)

Renseignez-vous avant d’acquérir un appareil "sérieux" (dont le prix varie entre 150 et 500 €).

C’est le prix du billet aller retour vers la Réunion...faites le bon choix !

7 votes
par zygomar (IP:xxx.xx9.105.178) le 25 décembre 2008 a 16H48
zygomar (Visiteur)

Je suis sophrologue et relaxologue à Boulogne(92)."

> Vous avez oublié de laisser votre n° de téléphone.......Cà éviterait de perdre du temps à vous trouver dans l’annuaire....

9 votes
par zygomar (IP:xxx.xx9.105.178) le 25 décembre 2008 a 16H52
zygomar (Visiteur)

"Je suis sophrologue et relaxologue ..... "

>> Vous auriez dû plutôt parler d’éolien puisque vous vendez du vent.....

5 votes
par mr-bienetre (IP:xxx.xx7.214.121) le 4 janvier 2009 a 11H29
mr-bienetre (Visiteur)

Pourquoi ? Les écoles sérieuses qui enseignent la psychothérapie, cela n’existe pas ?

2 votes
par mr-bienetre (IP:xxx.xx7.214.121) le 21 janvier 2009 a 20H31
mr-bienetre (Visiteur)

Les psy...chiatres sont des escros certes, mais les psy...chothérapeutes, eux au moins, ils n’intoxiquent pas les gens déjà ! Vous avez des preuves qui montres que ce sont des escros ?