Accueil du site
> Les auteurs > Jean-Didier
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Jean-Didier
Jean-Didier, 24 articles (Pharmacien)

Pharmacien

nombre d'articles
24
note moyenne des lecteurs
nombre de commentaires
5
Déclaration de liens d'intérêt:
Depuis le 1er octobre 2011: je suis titulaire d'une bourse MENRT ou allocation de recherche du Ministère de la Recherche; je suis agent contractuel d'une université; je bénéficie également d'une bourse de la Région Rhônes-Alpes via le projet CIBLE. Mai 2009: J'ai été invité à intervenir par le réseau de santé Néphronor lors d'une soirée de formation au CHRU de Lille en mai 2009 sur le thème suivant: "les chélateurs du phosphore: la perspective patient". J'ai été rémunéré par le laboratoire SHIRE sponsor de cette soirée. Le laboratoire a également pris en charge mon déplacement et mes frais de bouche. Août 2008: j'ai participé à une étude marketing rémunérée de l’institut IPSOS au profit de NOVARTIS dont les objectifs étaient de définir la meilleure stratégie de vente aux pharmaciens de médicaments soumis à prescription dans le cadre des achats directs aux laboratoires et de se prononcer sur les noms de nouvelles spécialités pharmaceutiques.
Qui suis-je?

Je suis pharmacien. J’ai soutenu ma thèse pour l’obtention du diplôme d’état de Docteur en Pharmacie sur le thème de l’accompagnement et l’éducation thérapeutique des patients dépressifs en avril 2009. Je suis également ingénieur pédagogue en éducation thérapeutique depuis septembre 2009. J’exerce actuellement à mi-temps en tant qu’adjoint d’officine. Conflits d’intérêt : J’ai participé en Août 2008 à une étude marketing rémunérée de l’institut IPSOS au profit de NOVARTIS dont les objectifs étaient de définir la meilleure stratégie de vente aux pharmaciens de médicaments soumis à prescription dans le cadre des achats directs aux laboratoires et de se prononcer sur les noms de nouvelles spécialités pharmaceutiques. J’ai été invité à intervenir par le réseau de santé Néphronor lors d’une soirée de formation au CHRU de Lille en mai 2009 sur le thème suivant : "les chélateurs du phosphore : la perspective patient". J’ai été indemnisé par le laboratoire SHIRE sponsor de cette soirée.

Derniers Articles

L’endométriose c’est quoi ?

Suivant >>

L’endométriose touche une femme sur 10 en France et en Europe. Cette maladie, souvent méconnue, est un véritable handicap pour les femmes, plus particulièrement pour celles qui souhaitent procréer. Les associations spécialisées et les sites internet de santé essayent de sensibiliser l’opinion à cette cause. La création du "ruban jaune" (identique au ruban rouge de lutte contre le sida) fait partie des opérations mises en place pour toucher un public plus large.

L'endométriose est une maladie qui touche l'endomètre. L'endomètre est le tissu qui tapisse l'utérus de la femme. C'est l'endomètre qui, après s'être épaissi, se désagrège et provoque des saignements : ce sont les règles. Lorsqu'une femme est touchée par l'endométriose, les cellule de l'endomètre, qui se développe et s'épaissit, vont migrer vers les trompes et ainsi provoquer des lésions, des kystes ovariens et des adhérences. Ces lésions ne se contentent pas des organes génitaux, elles peuvent également s'étendre au système urinaire, digestif et même parfois (mais beaucoup plus rarement) pulmonaire.

C'est pour cette raison que l'on parle souvent de différentes endométrioses tellement cette maladie est complexe et différenciée chez les femmes qui en sont victimes.

Il existe deux origines reconnues à ce jour, la première est la transplantation de cellules endométriales au niveau des trompes ou des voies lymphatiques lors d'une opération chirurgicale (césarienne, laparotomie, épisiotomie...). La seconde est la métaplasie, c'est à dire la transformation d'un tissu normal en un autre anormal.

endométriose

La grossesse, contrairement à certaines idées reçues, ne guérit pas l'endométriose, elle favorise cependant une période de rémission.

Toutes les femmes peuvent être touchées par cette pathologie. Ce sont, le plus souvent, des femmes en age de procréer, donc réglées. Mais il n'est pas rare de voir de très jeunes filles touchées. Certains traitements hormonaux sont responsables de la persévérance de l'endométriose chez certaines femmes ménopausées.

A ne pas manquer
A ne pas manquer